La fille de 1973

le journal de marie véjà

Marie Van Humbeeck, alias Marie Véja, est à la barre de ce blog depuis 2007. Ceci est un « petit atelier de plume ». La ligne éditoriale est claire : rendre à l’anodin ses lettres de noblesses. Wé, rien que ça. Mais avec des bouts d’autodérision et de tendresse dedans. Pour finir, ce qui nous semble anodin ne l’est pas forcément toujours…

Vous vous êtes battu comme un lion. Pendant des années. Vous avez, à votre immense fierté, réussi à gagner une des grandes batailles de votre existence. Bataille que vous ne pensiez pas forcément remporter un jour, tellement vous croyiez manquer de courage, manquer de volonté, manquer de foi, manquer d’amour.

 

Mais pourtant. Vous y êtes arrivé. Sans même d’ailleurs remarquer l’ardeur et l’énergie mises en place pour conquérir, pas à pas, pierre par pierre, le terrain ou vous alliez bâtir, voire rebâtir, votre bonheur. La fatigue ne s’est pas spécialement faite sentir. La rage au ventre, la rage au cœur aussi, tout cela conjugué vous poussait à atteindre votre but. Et vous n’étiez d’ailleurs pas seul sur ce chemin, et cela contribuait à vous donner espoir, porté également par la foi et l’amour d’autrui.

 

Votre combat était somme toute banal. Vous n’avez même pas vu, ni compris exactement quand vous l’avez gagné d’ailleurs. Juste perçu des indices qui vous disaient que ça y était : une sérénité, une confiance, une vraie magie, des fou-rire (c’est important, les fou-rire). Un bien-être.

 

Que vous preniez pour acquis. Pour finir, vous étiez invincible. Votre combat vous avait prouvé que vous pouviez y arriver, vous méritiez ce que vous viviez, votre naïveté vous aurait même fait hurler « I’m the King of the Wooooooooorld ! », comme d’autres, de bonne mémoire, avant vous.

 

Et puis il a fallu cet événement. Imprévisible. Incontrôlable. Inimaginable.

Destructeur.

 

Pour que tout s’écroule.

Pour que le goût de la défaite s’installe dans votre bouche.

 

Eberlué, vous avez cherché à faire sens.

Y avait-il des signes avant coureurs ?

Y avait-il un faux pas, un acte mauvais, une faille que vous n’auriez pas vue ?

 

Non, non, non, même pas.

 

Enfin si, la faille, elle était clairement là. Une fois la bataille gagnée, vous avez baissé la garde et d’autres autour de vous ont fait de même. Pour finir, n’étiez-vous pas tous protégés par votre bonheur, votre victoire ?

 

Non, vous n’étiez protégés de rien.

Pas même par la victoire, légitime et réelle, de votre combat.

Pas même par la magie que vous aviez réinstaurée.

Ni par l’amour.

 

Désolée.

 

Un incroyable sentiment d’injustice s’est emparé de vous. Quoi, ça, TOUT CA, pour CA ??!!

 

Pour un retour case départ, un nouveau combat harassant à mener, une victoire des plus aléatoires à envisager ?

 

POUR CA ?!

 

« Rien n’est jamais acquis » ricane le diable qui vous sert d’adversaire.

Rien.

 

La fatigue s’est emparée de vous et avec elle la peur et la colère.

Trio magique que vous avez combattu tellement d’années durant.

 

Rien n’est jamais acquis.

Et la vie n’est pas juste.

 

Le diable se marre.

Il doit se dire qu’au final, il va gagner.

Et cette boule au ventre qui ne vous lâche pas…







10 ans de vie et d’amitié

Je vérifie si je n’ai rien oublié dans la chambre. Ca fait 4 fois que je passe tout en revue pour être sûre que j’ai tout pris.
La chambre est vide.

Enfin, vide… Il me reste ce bébé, dans son maxi cosy, sur le lit.

L’Homme est descendu charger la voiture et il m’a promis de remonter très vite. Je ne réalise pas complètement. Je vais rentrer chez moi (youpie !), avec un enfant, mon enfant (ha, merde).

« Ganaëlle est là, Marie ! Je viens de croiser C. (l’homme de Ganaëlle) dans le couloir, ça y est, elle est rentrée, elle va accoucher ! »

Je suis restée bouche-bée.

 

(suite…)

A toi qui as 10 ans…

(Malibu, USA, janvier 2013)

 

Mon amour,

En fait, là, aujourd’hui, je devrais t’écrire un long texte, en t’y donnant, du haut de ma grande expérience de la vie, de bons et pompeux conseils pour mener la tienne.

T’expliquant, en adulte concernée et sérieuse, combien telle ou telle chose est importante dans une vie. Insistant sur l’instruction, la volonté, l’intégrité. Et une foule d’autres choses, encore. (suite…)